"Tout ce qui brille n'est pas d'or."

Meneghetti accusé d'homicide par imprudence.

Notre ami Tonino Meneghetti grimpe à l'échelle des honneurs dans la presse d'octobre 1991, en Sardaigne lors du décès de son élève - Marina Furlan - très jolie reine de beauté de 28 ans.

Les journalistes ont tout fait pour comprendre de cet imprudent navigateur qui, emmenant cette jeune fille faire un tour en barque, n'a pas été capable de la sauver des vagues qui se sont brusquement abattues sur la barque les précipitant tous les deux dans l'eau , Tonino rejoignant la plage à la nage.

L'histoire racontée par les articles de journaux est plutôt singulière, comme cela apparaîtra lors du procès.Meneghetti était connu des insulaires pour avoir distribué des billets de visite avec une carte de visite portant ses titres honorifiques, et pour se présenter comme un scientifique fondateur d'une nouvelle idéologie: l'ontopsychologie dont Marina Furlan était une adepte fascinée 'ou contrainte de l'être).

Tous les journalistes se sont occupés de cette affaire et les juges ont tout fait pour connaître la vérité sur cette mort étrange.

L'histoire en quelques mots: Marine, une jeune fille du Frioul était entrée depuis quelque mois dans le groupe des adeptes de Meneghetti , attirés par sa marraine , une femme de Trieste, qui avait su obtenir la confiance de la famille Furlan, qui l'avait donc conduite au siège du groupe qui était alors à Scandriglia Rieti, pour lui faire suivre des études universitaires et artistiques.

Marina n'avait opposé aucune résistance à celle qu'elle considérait comme une amie et, petit à petit, avait abandonné sa vie au Frioul, sa famille, ses amis pour pouvoir suivre complètement son "maître".
Une fois à l'intérieur, elle avait été surprise plusieurs fois mais elle ne pouvait plus se rebeller car sa conduite lui était dictée par le groupe auquel elle appartenait ; elle avait été éloignée de sa famille, ne sortait qu'accompagnée par d'autres membres du groupe , utilisait le jargon habituel du mouvement qui l'éloignait des personnes qui auraient pu, éventuellement l'aider.

Avant sa mort, Marina avait cherché le moyen de se rapprocher de sa famille, peut être avait-elle l'intention de demander de l'aide pour quitter le groupe dans lequel elle était entrée et avait-elle manifesté l'intention de s'enfuir de Scandriglia. Elle semblait être devenue critique vis à vis des discours du maître et ne vouloir en faire qu'à sa tête, cela ne plaisait pas au leader.

C'est ainsi que Meneghetti  l'emmène dans sa villa en Sardaigne, la faisant passer pour sa maîtresse, puis pour son élève, puis pour unerebelle à dresser, puis pour une amie.

Il l'emmène dans une barque en heute mer pour lui parler tranquillement et peut être parvenir à la convaincre de la bonté de ses intentions, alors qu'une vague imprévue s'élève, renverse la barque, les jette à l'eau, et lui atteint le rivage pour donner l'alarme.

Le procès est long et complexe, les témoignages de ses adeptes abondent et il sera accusé que d'homicide par imprudence.

Ce qui est sûr c'est que selon l'autopsie et la reconstitution des faits, Marina savait nager (son fiancé le lui avait appris lui même) et qu'elle a été retrouvée nue avec des traces étranges autour du cou.

Homicide par imprudence? Certes les juges ont étudié attentivement ce cas mais il est parfois difficile de découvrir toutes les arcanes d'un groupe considéré comme une secte parmi les plus audacieuses et répugnantes.

Ici on peut se demander si Marina est morte accidentellement ou pour avoir été soupçonnée de vouloir divulguer éventuellement les buts occultes du groupe  et de son fondateur.
Pour mieux comprendre les événement successifs de cet homicide, il faut relire non seulement les discordances de la sentence mais également les comptes rendus des actes du procès et des interrogatoires publiés dans la presse locale.

Certes, il y a eu des moments pendant l'enquête et le procès où Meneghetti s'est mis à bredouiller et à se contredire . Tout d'abord quand il a été question de la façon dont Marina était habillée lors de l'accident que nous rapprocherons de la sentence officielle.

Le discours dramatique du professeur interrogé: "Un quart d'heure après, une vedette de la capitainerie s'est approchée à un kilomètre de l'endroit où le corps de marina a été aperçu, puis elle a fait demi-tour. Et une autre embarcation fait de même. Ils ont dit n'avoir rien vu. Pourtant, Marina portait une salopette fuschia, et pendant plus d'une heure son corps est resté miraculeusement au même endroit.(Octobre 1991).

Mais également:

L'ontopsychologue résidant à Scandriglia ajouté que Marina avait une ceinture de sauvetage. Sur ce point particulier, le rapport de la gendarmerie n'est pas d'accord. La jeune psychologue lorsque son cadavre a été découvert, était nue sous un anorak. ( Il Messagero - Lazio - 7/10/1991)

Hier se sont terminées les recherches  des gendarmes hommes grenouilles de Cagliari qui, pendant quatre jour ont parcouru et examiné le lieu le petit hors-bord sur lequel Marina Furlan était assise pendant que Meneghetti nageait pas loin. Ils ont retrouvé un essuie-main rouge et le slip d'un maillot de bain bleu  qui devrait appartenir à la jeune psychologue. (Il Messaggero - Lazio - 12/10/1991)

La seconde concerne l'état de la mer, décrit par Meneghetti comme calme et sans danger et comme étant de force 5 selon les gendarmes.

LA DEFENSE "JETTE L'EPONGE"  -   ANTONIO MENEGHETTI  S'ENFERRE DANS LES CONTRADICTIONS.
Meneghetti a toujours prétendu avoir pris la mer avec son amie, sur une petite embarcation  après avoir écouté la météo à la radio.  La mer n'était pas calme mais tout de même pas menaçante. D'où sa décision de s'éloigner du rivage. Première contradiction par les gendarmes  de Carloforte qui auraient dit qu'à ce moment précis, un avis de danger aux navigateurs Ce qui devrait anéantir  les déclarations de l'ontopsychologue faites devant le magistrat. (Il Messaggero - Lazio - 07/10/1991 )

Mais que s'est-il passé ? "C'était le dernier jour de plage et nous sommes partis peu avant 14 heures. Nous voulions profiter de l'après-midi . Nous allions lentement et lorsque nous sommes arrivés à hauteur de La Caletta, un endroit que je ne connais pas bien j'était "enchanté": il y avait le soleil, la mer était plate. Je me suis dit que j'allais prendre un dernier bain".
Que pensait-il faire? "J'avoue avoir pensé que c'était fini, je me suis dit, je suis mort, je suis mort. Puis j'ai eu un éclair de pensée : et toutes les choses que j'ai à faire? l'université iislamique de Samarcande m'attend pour un séminaire ". ( l'Unione Sarda - Cagliari - 12/10/1991)

"Mais voici le dilemme auquel sont confrontés les enquêteurs et qui pourrait révéler la clé de l'énigme; comment meneghetti s'est-il aventuré sur une mer démontée (force 5) emmenant avec lui son amie qui ne savait pas nager? Mais de plus, les carabiniers qui ont été envoyés par Meneghetti vers la Punta dei Cannoni avant la Punta dello Spalmatore excluent le fait que la jeune fille portait un gilet de sauvetage." (Il Messaggero- Rieti)

"La mer était grosse" souligne le chef des gendarmes  qui commande la station de Carloforte "il soufflait un fort mistral, avec une telle mer, je ne me serais pas aventuré au large".
(Il Messaggero - Lazio - 04/10/91)

C'est certainement une bonne idée par un tel gros temps et de décider en plus, de se baigner! On n'a pas retrouvé l'encre de la barque qui aurait dû être jetée à l'eau pour pouvoir prendre ce bain.

"Aucune trace de l'ancre de la petite barque: celle-ci, après le chavirage aurait coulé perpendiculairement jusqu'au fond sablonneux. Si elle avait été retrouvée elle aurait peut être servi à préciser l'endroit exact où est survenue la tragédie au cours de laquelle la très belle jeune fille née à Gorizia a perdu la vie." (Il Messaggero - Lazio - 12/10/91)

Quand le procès arrive en appel, les défenseurs de Meneghetti rappellent toute l'histoire de façon émouvante:

"Meneghetti a été condamné par le tribunal de S.Antioco à un an et huit mois. Hier, en appel, le procureur demande la confirmation de la sentence. Mais le droit de la défense permet de raconter une toute autre histoire, celle du soleil qui resplendit, , de la mer qui vous invite, de la promenade romantique. Ils soutiennent avec force la version de l'accident , le maudit accident". ( l'Unione Sarda, 19/01/91)

On peut noter qu'il a fait passer Marina pour sa maîtresse ( bien que son épouse et le fiance de marina soient en Sardaigne) , pour son élève en fonction de la nécessité du moment.

" MARINA ETAIT MA MAITRESSE."
"Quels étaient vos rapports avec Marina Furlan?
"Une de mes élèves, rien d'autre qu'une de mes élèves.
"J'ai connu Marina Furlan en 1983. Elle s'est présentée au collège que je dirigeais à Rieti, recommandée par une psychologue de Trieste. Elle était en troisième année et en deux ans elle est parvenue à être diplômée en psychologie. Elle enseignait à mes enfants et elle devait suivre le second cycle de psychologie". ( l'Unione sarda - Cagliari - 12/10/91)

"Jusqu'à ces tragiques vacances en Sardaigne, auxquelles participait également Claudio Zanchi, le fiancé de Marina. Elle devait partir avant le dimanche. Le mercredi a eu lieu l'accident." (l'Unione sarda - Cagliari - 13/10/91)

La sentence a été favorable à Meneghetti (un homicide par imprudence est peu de chose sur le plan judiciaire) mais nous continuons à être taraudés par le doute sur le véritable déroulement de cette affaire également parce que:

"Tonino Meneghetti est retourné à Cagliari pour demander les conclusions de l'enquête ; en vérité, l'ontopsychologue a eu aussi un entretien informel (personne n'en a été témoin) avec le magistrat auquiel il a demandé d'archiver rapidement cette affaire pour qu'il soit en mesure de reprendre normalement ses activités scientifiques et didactiques" (Il Messaggero veneto - 24/10/1991)

A partir de ce moment là, les journalistes se sont mis à chercher les antécédents de Meneghetti et des autres adeptes du groupe et ils découvrirent diverses dates interessantes:

En 1978 il a été accusé de délit contre la famille, contre la personne, d'escroquerie, de vol, de détention d'arme.
En 1984 de vol et d'activité illégale.
En 1987, d'association de malfaiteurs, de trafic de stupéfiants et  vol.

En outre, en 1979 il a été arrêté avec 12 de ses adeptes (membres de l'AIO et de ses divers courants) et 2 sympathisants, parmi lesquels la fameuse marraine de Marina Furlan - pour association de malfaiteurs, pousuite d' usurpation de titres, d'exercice illégal de la médecine, de poursuite de participation à escroquerie, de poursuite de tentative ou de violence sexuelle, de vol aggravé. Ils passeront uquelques temps derrière les barreaux puis seront libérés "pour manque de preuves" et non pas" pour ne pas avoir commis les faits "comme ils le prétendent".

De nombreuses accusations et procès lui ont été intentés mais il a toujours réussi à s'en sortir par prescription ou par récusation des magistrats.

Le 26 juin 1991, donc avant le décès de Marina Furlan, un article intéressant est publié par La Repubblica intitulé  Le business se fait dans la secte, dans lequel sont décrits l'activité de Meneghetti, les précédents judiciaires, le véritable but de l'ontopsychologie et les morts suspectes survenues au sein du groupe.

Bien évidemment les ontopsychologue, comme cela arrive toujours, se mobilisent déposent plainte contre Massimo Lugli, auteur du fameux article: le procès prend fin en appel en octobre 1998 avec l'acquittement du journaliste et la mise en accusation des ontopsychologues et de Tonino (contrairement à ce qu'ils prétendent à savoir que les journalistes paient par des condamnations et des dommages et intérêts leurs "imprécisions" journalistiques).